Les principes de l'ostéopathie

Selon Andrew Taylor Still, l’Ostéopathie obéit à plusieurs principes de base.

-  Unité du corps humain 

-  La structure gouverne la fonction 

-  Homéostasie et autoguérison

-  La loi de l’artère est reine 

 

  • Unité du corps humain 

Le corps est un et indivisible. Toutes les structures sont en relations les unes avec les autres, par des liens anatomo-physiologiques. Un dysfonctionnement d’une partie du corps peut donc entrainer des dysfonctions dans les autres parties : les liens peuvent être anatomiques tissulaires, mécaniques, posturaux, hormonaux, neurologiques… 

Dans ce principe, il faut aussi comprendre unité de corps et d’esprit. En effet, le contexte psycho émotionnel du patient peut retentir sur son organisme, c’est la somatisation ; inversement une douleur peut agir sur son état psychologique. 

 

  • La structure gouverne la fonction 

Afin qu’un tissu du corps puisse remplir sa fonction correctement, il doit être intègre dans sa structure, c'est à dire dans sa forme et sa mobilité. Ces tissus sont tous les éléments du corps humain : muscles, articulations, viscères... Si leur structure est modifiée, leur fonction en sera plus ou moins altérée. Par exemple, une mauvaise position des éléments composant une articulation va la limiter dans ses mouvements; ou encore, une perte de mobilité du colon pourra entrainer une constipation. 

Habituellement on retrouve ce principe énoncé comme tel « la structure gouverne la fonction ». Ce qu’il est plus juste de comprendre c’est «interrelation de la structure et de la fonction » : une modification dans la structure d’un organe va influencer son fonctionnement mais à l’inverse, un mauvais fonctionnement d’un organe va altérer sa structure. Par exemple, le surmenage ou bien une mauvaise utilisation d’une articulation pourra entrainer des modifications de positionnement ou des altérations des éléments la composant ; un trouble du transit causé par une alimentation non adaptée pourra influer sur la mobilité et donc la structure du tube digestif. 

 

  • Homéostasie et autoguérison

L’homéostasie est définie par Claude Bernard comme « la capacité que peut avoir un système quelconque à conserver son équilibre de fonctionnement en dépit des contraintes qui lui sont extérieures ». Pour le corps humain, c’est de pouvoir maintenir ses constantes physiologiques (température corporelle, pH sanguin, glycémie…), et donc son état de santé, quel que soit l’environnement dans lequel il se trouve, ceci grâce à des systèmes de régulation. 

Cette autorégulation n’est possible qu’en l’absence de dysfonction des organes régulateurs. 

Selon Still, le patient a en lui toutes les facultés pour guérir : le corps a les capacités de produire les molécules nécessaires à sa santé. Il disait à ce sujet :

« Le corps est la pharmacie de Dieu » 

Ainsi, en étant à l’écoute du corps, l’ostéopathe lève les blocages présents, pour lui permettre de retrouver son équilibre.

« Trouvez la lésion ostéopathique, réparez la, et laissez la nature faire le reste »

 

  • La loi de l’artère est reine 

Le sang transporte tous les éléments nécessaires à l’activité cellulaire, et récupère les déchets produits,  permettant à l’organisme de fonctionner et de rester en bonne santé. Il est donc nécessaire qu’il circule librement dans toutes les artères du corps humain. Tout ralentissement ou arrêt de cette circulation provoquera la maladie, par manque d’apport des éléments nutritionnels indispensables, ou par non élimination des déchets.